Voilà que nous mettons le cap sur l'Inde ! Il y a un moment que ce n'était pas arrivé.

notre dernier voyage, c'était décembre 20015…

Depuis les circonstances familiales s'ajoutant à la baisse, voire la disparition des financements proposés par Engie, nous avons préféré gérer à distance afin de garder le maximum d'argent pour les projets sur place…

Malheureusement plus de projet au Kerala ni à Dahej, puisque Engie a vendu sa participation à Petronet.

Pour ce qui est du Gujarat, tant bien que mal le projet d'aide aux enfants des briques de Koth, financé par les dons des membres de Codegaz et des amis, a avancé et s'est amélioré : plus de donateurs et meilleure organisation des actions menées en mettant en lien l'enseignement fourni avec le service éducatif pour les migrants de l’État du Gujarat.

2018, avant de repartir en Inde
2018, avant de repartir en Inde

Quant au projet commencé au Vidhyadeep Community College de Baruch, il avait pris du retard du fait du changement de direction, mais il a avancé et s'est adapté tout doucement.

Le potager et le jardin d'herbes médicinales produisent bien et permettent aux élèves de se nourrir mieux, de se soigner selon les habitudes des tribus adivasi, d'apprendre à cultiver et utiliser toutes ces herbes afin de pouvoir continuer à le faire dans leurs villages. Codegaz a fourni quelques appareils nécessaires et a financé la formation des élèves. Tout ça commence à bien se roder.

 

2018, avant de repartir en Inde
2018, avant de repartir en Inde

Nous avons prévu aussi de retourner à Jodhpur afin de voir ce que devient le programme que nous avions mis en place à l'époque.

Et nous rencontrons Jamghat pour envisager s'il y a un avenir et de quel ordre entre Codegaz et les enfants des rues de Delhi

Mais le plus positif de tout ça c'est que nous serons accompagnés par Violaine, qui vit et travaille à Delhi.

C'est l'année des renouvellements, tant à Codegaz que dans l'équipe Inde, et c'est très bien que la génération suivante prenne la relève à sa manière, même si les conditions sont difficiles. Mais après tout, quand Codephil, vite devenu Codegaz, a commencé, ce n'était pas facile non plus...

Il y aura un billet pour actualiser tout ça à notre retour en France.

Avujo !

Retour à l'accueil