De Kochi nous avons pris l'avion pour Delhi. Finalement les lignes intérieures indiennes sont à peine plus chères que le train et pour les longues distances comme ça, c'est sûr qu'on arrive plus frais !

Notre but à Delhi c'était de faire le point avec Jamghat, voir où en était le projet Aanchal et mieux comprendre comment avait évolué cette association.

Cette fois-ci nous n'avons pas eu le temps d'aller voir l'accueil de jour d'Old Delhi, malheureusement, mais nous avons été vraiment contents de ce que nous avons vu près de Qtub Minar, où se trouve le foyer des garçons, Lado Saraï et celui des filles, Aanchal.

Aanchal est tout près du métro et ça nous a facilité vraiment la vie.

Priyanka est venue nous chercher au métro avec son beau sourire. Mais, la prochaine fois, nous pourrons y aller tout seuls sans problème !

IMGP7296

Jamghat se structure : Amit est toujours directeur mais s'occupe un peu plus du projet théâtre (je vais y revenir !), Priyanka gère les rapports avec les donateurs, un autre Amit tient la comptabilité.

IMGP7243IMGP7244

 

 

Le foyer de filles Aanchal a ouvert début octobre et nous leur avons rendu visite le 29 Novembre.

Il y avait lors de notre passage 6 enfants de 5 à 14 ans, 5 de plus étaient attendues le mois suivant.

Les enfants sont ici avec l'accord de leurs parents ou de la personne de leur parenté qui en ont la charge. Ils ne revoient leur famille qu'aux vacances, ceci afin de pouvoir faire un vrai suivi pédagogique (même principe que VCC).

L'encadrement est composé de :

1 chef de projet : Charu qui suit les enfants, leur donne affection et essaye de leur donner un enseignement préparatoire à l'intégration dans une école de l'état (choix non encore fait entre 3) à la rentrée prochaine (Juin)

1 caretaker : une veuve en charge de 2 enfants, 1 garçon scolarisé ailleurs et 1 petite fille, la plus jeune d'Aanchal. Cet emploi fait aussi partie du projet (voir le billet précédent à propos du statut des veuves en Inde).

Les filles ont actuellement 1 grande pièce avec des lits superposés et comme il n'y a pas de rangements pour les filles, c'est la bibliothèque qui est utilisée. En projet : l'achat d'armoire avec casiers individuels, un pour chaque enfant.

IMGP7246IMGP7248

La cuisine et les 2 douches/wc sont correctes selon les critères indiens. Il y a une grande salle à manger, un grand balcon, une terrasse sur le toit et les enfants sont emmenées au parc l'après-midi (on les a vues partir le 1°/12 avec Chantu et 2 volontaires américaines qui passe environ 2 ½ journées par semaine.

IMGP7252IMGP7251

IMGP7255IMGP7259

IMGP7370

 

 

Lado Sarai est le foyer de garçons. Notre impression a été meilleure que la dernière fois. Il y a une petite chambre pour 4/5 garçons un peu plus âgés qui sont scolarisés dans une école technique d'informatique, et une grande chambre avec lits superposés pour les plus jeunes. Ceux-ci sont scolarisés et le soir ont une étude faite par une veuve retraitée, ancienne secrétaire, qui reçoit un petit salaire. Elle sert de répétitrice aux enfants (et un peu de grand-mère).

Il y a aussi un coin avec des vieux ordinateurs pour que les jeunes puissent s'exercer.

Par contre la cuisine est toujours aussi rudimentaire (et les menus semblent bien légers à des occidentaux) et les 2 douches/wc sont en train d'être repeintes mais mériteraient du carrelage pour assurer une vrai hygiène.

IMGP7281IMGP7272

IMGP7274IMGP7294

Mais notre vraie découverte a été un autre aspect de l'activité théâtre de Jamghat.

Nous avions déjà, pour y avoir assisté, que Jamghat jouait des pièces de théâtre dans les universités ou des lieux de ce genre pour sensibiliser au sort des enfants des rues et utiliser le théâtre pour permettre aux enfants d'exprimer leur mal-être.

Là, c'est un nouveau volet que nous avons vu. Nous avons suivi Amit et le groupe de comédiens de Jamghat qui faisaient une prestation pour une association de lutte contre le sida. Jamghat, payé pour ça, a rameuté pour un spectacle de rue environ 150 et 200 personnes d'une banlieue défavorisée de Delhi.L'association contre le sida a répondu aux questions et discuté pendant un certain temps avec quelques jeunes femmes du village.

Amit a distribué des prospectus de Jamghat pour faire connaître le projet aux enfants et peut-être susciter des vocations de théâtre.

Ca a été pour nous l'occasion d'entrer dans un centre social de la banlieue défavorisée de Delhi.

Et puis c'était assez extraordinaire de voir combien en si peu de temps tant de gens pouvaient être rassemblés. J'avais l'impression de me retrouver à Pézenas avec Molière à ses débuts...

IMGP7317IMGP7325

IMGP7327IMGP7336

Voilà voilà ! J'ai enfin trouvé le temps de vous raconter tout ça !

Depuis nous avons l'assurance d'un financement du projet Aanchal par la Fondation GDF-Suez et nous avons transmis l'argent d'un donateur privé – merci Christian ! - pour le fonctionnement d'Aanchal.

Il fallait que je me dépêche puisque nous avons pris hier nos billets pour la prochaine mission , du 23 Février au 10 Mars ! Je m'y prendrai mieux pour tenir ce blog  enfin, j'essaierai !

 


 

Retour à l'accueil