Samedi 28/11

Jamghat :

Ca a mal commencé ! Nous étions à Chandi Showk et juste avant de nous rendre au marché au pigeons pour rencontrer Amit et les enfants du foyer de jour, voilà qu'Amit nous dit qu'il est malade et que de toutes façons le foyer est fermé à cause de l'Aïd !

Nous étions un peu furieux, mais Amit est venu nous retrouver à notre hôtel le soir ! Il était effectivement vraiment malade et du coup, heureusement, il était accompagné de Priyanka, qui sera chargée du foyer Aanchal pour les filles que Codegaz espère aider à démarrer, avec l'aide de la Fondation GDF-Suez ! Amit, d'abord comédien, est donc aidé dans la gestion de Jamghat par Priyanka, qui nous dit avoir un Master en management.

Nous faisons de part et d'autre le point sur le projet Jamghat : l'argent qu'il leur reste à trouver, celui que nous ne sommes pas encore sûr de pouvoir leur donner et si tout va bien comment tout cela pourra être fait. La nécessité de la présence de quelqu'un qui représente Codegaz à leur conseil d'administration nous semble évidente et nous pensons à quelqu'un de Tractebel ou de GDF-Suez.
 

 

Dimanche 29/12

Entracte : visite au musée de l'Artisanat

Devant le Musée, il y avait un homme qui vendait de longs rouleaux peints représentant des légendes indiennes et qui nous a psalmodié le contenu du rouleau 



puis shopping à Sunder Nagar

 


Lundi 30/11 :

Visite à Tractebel India : nous ne savons pas du tout qui nous verrons et si c'est la fin de l'aide ou bien un nouveau départ.

Ganesh était avec nous ! Le nouveau boss comprend bien toutes les implications du projet et est prêt à nous aider en tout ! Il a compris l'intérêt que cela pouvait représenter pour GDF-Suez qui n'est pas encore très connu en Inde. Pour lui il s'agit de persuader les jeunes indiens à haut potentiel d'entrer et de rester dans ce groupe.

Visite à GDF-Suez Inde : Eric est prêt lui aussi à entrer dans le board de Jamghat

Visite à un comptable pour nous initier au fonctionnement des taxes pour les associations, les dons depuis l'étranger à des associations indiennes, toutes les subtilités que certains connaissent, style loi 1901, reconnaissance d'utilité publique etc...

Ensuite nous prenons le train (on ne s'est toujours pas décidés à prendre des porteurs, tellement c'est la foire à l'empoigne dans les gares). Là surprise : nous apprenons que malgré la surtaxe payée et l'assurance donnée que nous aurions bien des places dans ce train, nous apprenons que nous sommes en surbooking, qu'une seule place sur 4 a été validée et que donc 3 d'entre nous ne devraient pas être là ! Tout le monde nous donne notre avis sur le sujet et 2 personnes particulièrement vont se mettre en 4 pour nous aider... Mais rien à faire ! Malgré la tentative de corruption qu'on m'a suggérée (jamais je ne me serais crue capable de faire ça, mais 12h de train à 4 sur une banquette pour 1, ce n'est plus vraiment de notre âge ! En fait c'est assez facile à faire de laisser dépasser un bout de billet d'un ticket de train plié en 2 !) rien n'y a fait ! Il n'y avait vraiment plus de place ! Voyez le résultat !

Vers 1h du matin nous avons eu enfin une 2° couchette et on a pu se déplier un peu ! Arrivée à Bharuch à 5h30 et la discussion à propos du doublement de l'internat du collège était prévue à 9h !!!

 

 

Retour à l'accueil